Neko's Life

Dans un monde ou règne la paix, une nouvelle race fait son apparition. Les humains effrayés les prennent pour des monstres assoiffés de sang et les réduisent à l'esclavage. Mais ont ils fait le bon choix ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 15/03/2012
♦ Où est tu ? ♦ : Derrière toi
♣ Ton Boulot ♣ : Entretien des pistes de ski, pour le moment.
☻ Ton Humeur ☻ : Dévastée.

MessageSujet: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Ven 16 Nov - 6:03

-Come as you are-

Il est parfois des évènements que l'on ne peut éviter, des choses qu'il arrive de scander tant on en possède la fierté, d'autres que l'on préfère ne jamais dévoiler, qui parfois s'échappent, ou qui parviennent à rester cachées jusqu'à la mort. Il y a des évènements qui nous blessent, d'autres qui nous font sourire jusqu'à en avoir mal aux pommettes, certains qui font rouler les larmes et retentir les gémissements. Il y a les larmes qui font mal, qui brûlent la rétine jusqu'au coeur, et il y a celles qui soulagent, qui délacent une dure étreinte autour de l'âme.

Il faisait froid aujourd'hui, et l'hiver naissant me glaçait littéralement les os. Je n'avais pas vraiment l'habitude de m'habiller en circonstance de la température, le plus souvent en t-shirt et en jean, comme pour me sentir libre. Mais je devais bien avouer le regretter durant de nombreuses périodes. J'étais forcée de sortir en ce moment, et ma fierté m'empêchait de filer m'acheter un énorme pull en laine, bien chaud, et merveilleusement doux, sur ma peau asséchée par le froid. Dieu ce que j'en rêvais ! J'en rêvais, mais, stupide fierté de rebelle stupide.

Je venais d'accomplir une énième journée de mon boulot à la station de ski la plus proche de chez moi. Elle n'était pas très grande et assurait presque chaque année mes revenus pour l'hiver. C'était sympa, j'en revenais toujours un peu bronzée et épuisée, chaque soir, et je m'endormais comme une bébé dans mes draps chauds. Ils me faisaient rêver, eux-aussi.

Ce soir, je n'avais pas envie de rentrer. Je ne tiendrais sans doute pas toute la nuit à errer dehors, mais il me fallait au moins mon petit moment de pensée, histoire de vider ma tête de mon inutilité persistante dans ce monde. C'était le désert côté amusement et ça me plongeait dans une déprime absolue, qui m'empêchait d'aligner deux idées cohérentes, et qui me privait de mon rire depuis un bout de temps. Quelle horreur. Il allait falloir que ça s'arrête vite, ou des jouets y passeraient ! Bah oui, plus j'étais privée de mon petit jeu préféré, plus il arrivait que je ne me montre pas indulgente et plus je me sentais d'humeur joueuse. J'en avais besoin, il me fallait quelque chose, quelqu'un, avec qui jouer !

Ou aller ? Que faire ? Par quel moyen réfléchir correctement ? Comment me débarrasser de mon pu**** d'ennui ? Il me collait à la peau là, j'allais me l'arracher à coups d'ongles, ma peau avec.

L’aéroport, va pour l’aéroport. Je n'y allais que rarement, c'était assez éloigné à pied, mais c'était un endroit que j'appréciais plutôt. De grandes zones plates, avec des grandes bandes blanches toutes effacées, des trous un peu partout dans le sol, de grands espaces vides et sans vie, juste la paix. Je m'y plaisais, en fait.

J'entamai ma marche, espérant qu'elle me réchaufferait un peu. J'imaginais ma tête de défoncée, et je me demandai si je n'avais pas l'air d'une tueuse à gage, ou un truc du genre. Les mafieux ont souvent des chapeaux, et la mine bougonne, c'est ce que je m'étais dit.

Arrivée, je fus prise de l'envie soudaine de me mettre à courir, en long, en large, en travers, peu importe comment, mais courir, et hurler, aussi. Mes talons décollèrent du sol dans un sursaut mais je les reposai presque aussitôt, dénuée de toute énergie, je n'en possédais même pas de la négative. Il n'y avait que du vide en moi, l'écho de ma propre voix, riant, me manquait déjà. Alors, je partis m'allonger sur le sol dur, au milieu des pistes désaffectées, et fermai les yeux. La nuit enveloppait mon visage, je me sentais bien, mieux, libérée. Mon prénom, et tout le reste, s'effacèrent de mon esprit. Je n'étais plus rien, plus même Lita. Juste une enveloppe vide.

J'avais désespérément besoin de m'amuser. J'allais peut-être mourir, sinon. Et on ne meure qu'une fois, je crois.

"-Que le Dieu des chats mal-aimés me vienne en aide..."

HRP : Coucou petit peuple, voilà, je lance simplement un Rp libre, n'hésitez pas à vous joindre moi, même pas besoin d'un MP ou autre, répondez simplement si vous en avez envie (:

_________________
Il faut parfois prendre le risque de casser ses jouets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 25
♦ Où est tu ? ♦ : devant mon ordi!
♣ Ton Boulot ♣ : étudiante
☻ Ton Humeur ☻ : ça dépend des jours

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Sam 17 Nov - 3:26

Yuka était partie de l'animalerie, elle allait peut-être remercier l'humaine qui le lui avait permis, ou pas. De toute façon, elle avait choisie de vivre comme un chat libre et donc comme une rebelle. C'était la deuxième fois qu'elle se retrouvait comme ça, elle avait comprit la leçon et perdue toute confiance en ce qui concernait les humains.

Elle marchait sans but dans la ville, à l'abri des regards. Ses cheveux cachant au mieux le collier qu'on lui avait recollé, un chapeau volé cachait ses oreilles et un pantalon dissimulait sa queue. Elle marchait juste en ne pensant à rien, juste au froid qui pénétrait ses vêtement et lui glaçait le sang et les os. Bientôt, la neige apparaitrait et il faudra survivre si elle voulait restée dehors.

Au bout de quelques heures elle s'aperçut que ses pas l'avait menée dans un endroit qu'elle ne connaissait pas. Un grand bâtiment, et pas âme qui vive. Elle s'y aventura. Les chats et les rats devaient occupés la place. Yuka choisit de ne pas les dérangés, allons voir ce qui se passe derrière. De grande pistes trouées par endroit, comme des routes. Elle avait comprit, elle avait atteint l'aéroport, l'aéroport où plus personne ne mettaient les pieds. C'était un aéroport mort qui n'acceuillait plus d'avions.
Elle observa les alentours, elle avait toujours vue cette endroit de loin mais n'y avait jamais mis les pieds. Elle aperçut alors une silhouette alongée, elle s'y avança, c'était peut-être quelqu'un qui avait besoin d'aide, et dans cette froideur de la nuit, on pouvait mourir facilement. Elle entendit alors une voix:

"-Que le Dieu des chats mal-aimés me vienne en aide..."


Elle s'avança encore et resta quelque secondes sans rien faire en aperçevant la personne. C'était une neko sans aucun doute et en parfaite santé qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire là, par terre. Elle était seule aussi, comme elle. Yuka s'accroupie près de la neko et dit simplement:

"bonjour."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 15/03/2012
♦ Où est tu ? ♦ : Derrière toi
♣ Ton Boulot ♣ : Entretien des pistes de ski, pour le moment.
☻ Ton Humeur ☻ : Dévastée.

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Dim 18 Nov - 7:53

-Voir-

Je l'avais entendue approcher. J'avais entendu ses pas léger se rapprocher peu à peu de mon corps étendu au sol. J'avais senti mes joues reprendre de douces teintes rosées à l'idée de la venue d'un nouveau jouet, du commencement d'un nouveau jeu. Je n'avais pas ouvert mes yeux, volontairement, pour ajouter un peu de mystère autour de ma présence ici. Une fois arrivée, j'avais senti son ombre se dresser sur mon corps alors qu'elle s’accroupissait à côté de moi.

Je souris. Mon visage s'illumina enfin de mon propre sourire, avec toutes ses fossettes autour, et toute la seule beauté qu'il m'apportait. Ce n'est pas pour me lancer des roses, mais quoi ? Tout le monde est plus beau avec un sourire plaqué sur sa petite tête de con.

Alors, lentement, j'ouvris mes yeux pour découvrir qui venait ainsi me distraire, qui avait entendu l'appel que j'avais fait au Dieu des chats mal aimés, qui je devrais remercier mille fois d'être là. Ce que je vis en premier, ce furent deux grands yeux verts. Puis, lentement, je découvris un visage aux traits fins et une chevelure abondante, d'une couleur étrange, plus foncée que celle que j'arborais moi-même. Un chapeau planté sur sa tête, un joli chapeau comme ceux que j'aime, elle m'avait simplement saluée. J'avais posé mon propre chapeau sur mon ventre, et laisser ma queue sortir librement de mon jean, moins oppressée ainsi. Je pensai silencieusement que peu d'humain venait ici et qu'elle, peut-être, se cachait, et cachait avec elle sa véritable nature.

Prenant avec application mon chapeau entre mes doigts fins, je me relevai pour lui faire face, la surplombant alors qu'elle était accroupie. Je replaçai mon couvre-chef sur mes oreilles toutes mauves et secouai la queue avec amusement. Mes yeux devaient briller ! Comment serait cette fille ? Quelle serait sa nature ? Comment allais-je pouvoir jouer ! Tout cela était trop excitant, et je ne résistai pas plus longtemps à me taire.

"-Bonsoir serait plus approprié !

Corriger poliment une personne, tout en souriant avec défi, c'était bien, comme approche. Je me sentis fière de mes mots, et pour rajouter un peu de sympathie à ma face de cinglée, je continuai pour un instant.

-Alors bonsoir."

Quelle douce enivrance qu'est celle du jeu, quel plaisir intense me parcourait à présent, à l'idée de poursuivre cette soirée ! Que le jeu commence petite demoiselle.

HRP : Merci Yuka, on va bien s'amuser (; Si d'autres veulent se joindre à nous, vous pouvez poster à n'importe quel stade du RP. Plus on est de fous plus on rit, n'est-ce pas ?

_________________
Il faut parfois prendre le risque de casser ses jouets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 25
♦ Où est tu ? ♦ : devant mon ordi!
♣ Ton Boulot ♣ : étudiante
☻ Ton Humeur ☻ : ça dépend des jours

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Lun 19 Nov - 7:55

La neko se leva et couvra ses oreilles avec son chapeau, posé auparavant sur elle. Sa queue frétillait comme celle d'un chien. Yuka vit qu'elle était effectivement contente, les yeux de l'inconnu brillaient, ou plutôt l'oeil car l'autre était couvert d'un cache-oeil. Yuka se leva à son tour et l'inconnue prit la parole:

"-Bonsoir serait plus approprié ! Alors bonsoir."

Yuka fit un grand sourire et lui répondit:

" Oh oui, pardon! Bonsoir!"


Il lui vint une idée. elle regrda attentivement autour. A part quelques oiseaux nocturnes et de sinsectes cachés par le noir, elles étaient seules. Son idée était simple: elles étaient toutes deux nekos et perdues dans un lieu solitaires, pourquoi Yuka continuerai-t-elle de cacher ce qu'elle était. Elle fit part de son idée à vois haute:

" Je crois que n'ai, pour l'instant, plus besoin de ça."

"Ca" désignait son chapeau. Chapeau qu'elle enleva, faisant sortir ses oreilles de chats. Elle libéra aussi sa queue qui doubla de volume au contact du froid.
Yuka leva la tête pour regarder les étoiles, son collier devait être visible mais elle s'en fichait. Elle s eretourna ensuite vivement vers l'autre neko et lui dit dans un sourire enjoué:

"Bon on va pas rester plantées là! On fait quoi?"

Yuka était tout simplement contente de trouver quelqun à qui parler. Sa plus grande peur était de rester seule. Seulement, du haut de se squinze ans, elle ne pouvait pas savoir si l'autre neko était quelqun d ebien, on est encore un peu naïf à cette âge, mais elle ne se posait pas la question de toute façon, elle s'en fichait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 15/03/2012
♦ Où est tu ? ♦ : Derrière toi
♣ Ton Boulot ♣ : Entretien des pistes de ski, pour le moment.
☻ Ton Humeur ☻ : Dévastée.

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Lun 19 Nov - 8:31

-YEAH-

Je me demandai soudain quel âge pouvait avoir cette jeune neko, qui errait seule dans la nuit glacée, avec pour seule protection son petit chapeau. Le dieu des chats mal-aimés ne l'avait peut-être pas menée vers moi uniquement dans mon propre intérêt. Je la contemplai fixement un instant. Elle devait au moins être majeure. Les apparences étaient parfois trompeuses, mais je pensais voir juste. Toute souriante, elle me plaisait bien dans sa façon de réagir, assez vive et enjouée. Faire quelque chose ? Lire dans mes pensées était un vilain défaut mademoiselle, vous le regretteriez peut-être.

Alors, je lui rendis encore son sourire, sautant presque sur place. Je n'avais plus envie de casser quelque jouet que ce soit, ni d'en faire ma petite protégée, peut-être juste un jouet, je verrais, je n'en savais pas encore assez pour me projeter. Si l'on m'avait comparée à une personne... normale, l'on aurait pu comparer mes jouets à mes relations vitales. Parfois, l'inspiration pour le jeu venait immédiatement mais il semblait que ce soir, j'allais improviser de long en large. Improviser était aussi une chose agréable, et c'était bien pour cette raison que je n'avais pas rebrousser chemin sans chercher à parler encore. Alors qu'allions-nous faire avec cette petite dame ?

Je pris le temps de réfléchir, je savais qu'elle ne partirait pas, je l'avais lu en elle, elle n'aurait pas le courage de continuer sa route seule au milieu de la nuit. OH !

"-On joue à chats ?

Je me mis à rire, fière de ma petite vanne bien placée, et lui fis un clin d'oeil, qui me coupa la vue pendant quelques secondes désagréables. Sans me presser plus que ça, il fallait réellement que je trouve une activité pour nous occuper mutuellement, enfin surtout moi. Et puis, malgré ma grande tendance à l'amusement, je la laisserais pas crever seule dans le froid. Quoique... Après réflexion, non, je ne le ferais pas.

Je lui adressai un mouvement de tête pour l'inciter à me suivre, et sortis mon paquet de clopes, pour m'en allumer une. Mon briquet rouge passa entre mes doigts et je peinai à faire briller l'extrémité de ma cigarette tant mes doigts tremblai. Je rangeai avec difficulté tout mon bordel, puis inspirai une bouffée de tabac, qui me fit l'effet d'un incendie dans la gorge, tant sa chaleur contrasta avec l'hiver qui baladait mon corps dans les vallées de la douleur.
La voix légèrement masquée par la cigarette sur laquelle je gardais mes dents crispées, je la regardai dans les yeux et lui parlai comme j'en avais l'habitude.

-T'en veux une ?

Mmh, je n'étais pas sûre de la voir fumer cette gamine. Enfin, peut-être que je me leurrais, et qu'elle avait une vingtaine d'années, comme moi. Ou peut-être bien moins, qu'en savais-je ?

-Ca te dérange pas qu'on marche un peu ? T'as quel âge ?"

Et bien oui, demander semblait la solution de loin la plus simple.

_________________
Il faut parfois prendre le risque de casser ses jouets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 25
♦ Où est tu ? ♦ : devant mon ordi!
♣ Ton Boulot ♣ : étudiante
☻ Ton Humeur ☻ : ça dépend des jours

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Mer 21 Nov - 23:01

La réponse à sa question fut assez longue à venir. pourtant, Yuka n'avait rien posée de difficile. Enfin, l'inconnue parla:

"-On joue à chats?"

Yuka se refrogna, c'était pas drôle comme blague. Mais appremment pour elle si car elle se mit à rire. Les oreilles noires de Yuka se plaqua sur sa tête, signe qu'elle était pas contente du tout mais le volcan n'entrait pas en éruption; pas encore une fois au pire moment. Le clin d'oeil que la jeune neko reçut la rassura quelque peut. Bon, c'est nomalement quelque chose qui ne promet rien de bon mais bon.

L'autre neko commença à marcher en faisant signe à Yuka de la suivre. Ce qu'elle fit. leurs pas résonnait dans le silence de mort qui pesait dans cet espace. C'est alors qu'une odeur horrible arriva dans ses narines, suivit d'une voix, un peu étouffée:

-T'en veux une?

Yuka se retourna, cette neko fumait et lui proposait une cigarette. Yuka fit non de la tête avec une moue un peu dégoutée. Bizarrement, c'était plus classe de la voir fumer elle que ces hommes prétentieux aux dents jaunes qui lui coupait l'appêtit dès qu'elle en voyait un.
La neko continua la conversation, Yuka ne parlant pas beaucoup, ne sachant pas trop quoi dire.


-Ca te dérange pas qu'on marche un peu ? T'as quel âge ?"

Yuka laissa la question quelque secondes en suspend puis répondit:

"Non, marchons, sinon on va gêler là. Mon âge? J'ai quinze ans pourquoi?"

Elle se doutait que cela pouvait être choquant mais il devait y avoir des nekos plus jeunes qu'elle qui devait être libre non? Elle n'en savait rien en fait, cette neko qui était entendue par terre était la première neko libre, autre que Yuka, que cette dernière vit. Si elle restait plus d'une semaine sans se faire attrapée elle en rencontrerai peut-être d'autre. Elle voulu demander à "l'autre" si elle connaissait d'autre nekos dans sa condition. mais elle ne le fit pas, de peur de dire quelque chose qu'il ne fallait pas. A la place elle demanda:

"Il n'y a vraiment jamais personne ici? Un grand espace comme ça, c'est étrange qu'il reste à l'abandon comme ça..."

Bon, la question était un peu idiote, mais c'était la seule chose qui lui soit venue à l'idée. En sachant que peut-être la neko ferait des réfléxions sur son âge, ce qu'elle ne voulait absolument pas, voilà pourquoi elle vait essayer de détournee la coverstaion, en éspérant que ça marche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 15/03/2012
♦ Où est tu ? ♦ : Derrière toi
♣ Ton Boulot ♣ : Entretien des pistes de ski, pour le moment.
☻ Ton Humeur ☻ : Dévastée.

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Ven 23 Nov - 5:26

-ZOMBIE-

Je crachai un peu plus de fumée que prévu quand elle me déclara qu'elle n'avait que quinze ans. Non, en effet, je ne pouvais pas la laisser seule par ce froid et ces temps étranges, où les femmes et les hommes chats qui ne connaissent pas assez le monde se retrouvent dans de grandes cages atroces. Je verrais plus tard comment faire, et peut-être que j'agirais comme une adulte responsable, ça, ce n'était pas encore certain. Quinze ans, mais quelle inconscience de laisser une gamine de quinze ans seule, dans un hiver glacial... Quand j'y repensais, il y avait bien une époque où une gamine de quinze s'était retrouvée seule et à la rue, avant même d'avoir atteint l'âge de quinze d'ailleurs, et cette gamine, c'était moi. Je n'éprouvais pas de compassion envers elle, mais devinais qu'elle n'avait pas dû vivre des choses simples. Je n'éprouvais jamais la compassion d'ailleurs, et bin oui, quand l'autre n'est qu'un jouet dans mon jeu, je ne pourrais dire l'aimer réellement, bien qu'il est important en mon coeur.

Cependant, je ne dis rien à propos de cela, ce n'était pas une bonne idée pour qu'elle me parle un peu, elle avait l'air plutôt gênée. Elle avait eu l'air énervée quand j'avais sorti ma vanne, c'était dommage, j'en avais été plutôt fière. Elle devait avoir un sacré caractère, et les sacrées impulsions qui vont avec, je suppose. La petite caractérielle... Bonne idée, mais je n'allais pas l'appeler comme ça que dans mes pensées pour le moment, histoire de ne pas l'agacer, et de ne pas la faire fuir comme un animal effrayé.

Sa question me surprit, mais je décidai d'y répondre, avec le peu de connaissances sur ce lieu que je possédais. Il était vrai que c'était un lieu bien singulier, mais les humains, plus curieux que les nejos prisonniers de notre temps, semblaient en avoir un peu peur, étrangement, car il était, au départ, un aéroport aménagé par et pour leur civilisation.

"Bah écoute, je sais pas grand chose... Il paraît que c'est là que les rebelles comme moi, et puis toi aussi, je suppose, se réunissent. Mais, perso, je n'ai jamais vu personne d'autre que moi ici. C'est sympa pour errer seule, et on est pas embêté, mais j'en sais pas plus que toi. Ces humains, un peu gogoles, je te le cache pas, ont un peu peur de s'approcher, vas donc savoir pourquoi !


Je levais les yeux au ciel et lui souris avec amusement, encore. La nuit se faisait de plus en plus noire, et l'air de plus en plus froid, l'ambiance devenait comme un enchantement doucereux, qui nous emporterait tous dans la misère, humains ou nekos, toutes personnes confondues. Je frissonnai, avec une grande once de joie, à cette pensée.

-Tu sais où tu vas dormir ?"

Je lui posai la question car je me souvins que c'en était une que je m'étais posée souvent, parfois très anxieuse à l'idée de dormir sur un banc, ou dans un coin de rue, dans la pénombre et l'horreur même. J'y avais survécu, la preuve, alors je demandai, simplement.

_________________
Il faut parfois prendre le risque de casser ses jouets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 25
♦ Où est tu ? ♦ : devant mon ordi!
♣ Ton Boulot ♣ : étudiante
☻ Ton Humeur ☻ : ça dépend des jours

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Ven 30 Nov - 1:43

Cette neko ne savait pas grand chose non plus sur cet endroit. D'un côté c'était tant mieux, au moins il était assez inconnu et presuqe personne ne s'y risquait, à part quand on erre au hasard comme Yuka l'avait fait.

"Tu sais où tu vas dormir ?"


Yuka réfléchissait à cette question. Où dormir, tiens elle ne s'était pas posée encore cette question à elle-même. Elle répondit :

"A vrai dire, pas vraiment. Avec ce froid, je préfererait trouver quelque chose à l'intérieur, peut-être le batiment de l'aéroport."

Elle avait réfléchit à voix haute. Dormir était pour l'instant le cadet de ses soucis. Le premier était d'essayer d'échapper un certain tamps au yeux des autres, soit les humains. Enfin pour l'instant c'était réussi, Yuka pouvait rester ici un moment.

"Et toi, comment tu fait trouver ou dormir quand il fait un temps comme celui-là?"

Bon la question était inutile. Mais la conversation avait l'air de bien commencer. Yuka commençait à apprecier la compagnie d'une autre neko libre car jusqu'ici elle n'en avait jamais vue.
D'un coup, Yuka se retourna d'un coup vers la neko et son sourire revint sur ces lèvres:


"En fait, tu m'as dit quel âge tu avait toi? Et comment tu t'appelles? Moi c'est Yuka!"


Oui, elle voulait quand même mettre un nom sur un visage. Pour Yuka, c'était tout naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 15/03/2012
♦ Où est tu ? ♦ : Derrière toi
♣ Ton Boulot ♣ : Entretien des pistes de ski, pour le moment.
☻ Ton Humeur ☻ : Dévastée.

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Sam 19 Jan - 21:38

-Be More-

Je souris de son insouciance, et du fait qu'elle pense trouver de la chaleur au sein d'un bâtiment désaffecté, mais elle était novice, ces erreurs, elle ne les referait pas deux fois, une nuit dans le froid pouvait tuer toutes les bêtises. Je laissai planer un peu la silence, avant qu'elle ne me pose une deuxième question, à laquelle je souris également. Il était vrai qu'il ne pouvait pas impulsivement venir à l'esprit d'une enfant, que je me cachais et possédais mon propre boulot, ma propre maison. Des nekos comme moi, qui cachaient leur queue et leurs oreilles, réussissaient à se faire une place dans le monde actifs, dirigés par ses piètres humains, ne couraient pas les rues. J'étais fière de ce que j'avais réussi à bâtir dans ma vie, fière d'avoir su affronter la connerie humaine et d'avoir subsisté hors du contrôle d'un maître ou d'un dresseur. De plus, je riais toujours, dès que je me trouvais un joli jouet, qui eux, n'étaient réellement pas rares. Ce soir, la petite caractérielle était venue à moi, et je m'en amusais au plus au point, avec un soupçon de responsabilité adulte, qui me poussa à lui répondre ceci :

"Le bâtiment n'est pas chauffé, tu n'y serais pas à l'abri du froid ma belle. Moi ? Je vis dans une maison, la mienne, elle est pas bien grande, mais ça me suffit amplement, si tu veux, je peux t'héberger cette nuit, ou même pour deux nuits, mais pas éternellement, va falloir que tu bâtisses ta vie de rebelle assez vite, si tu veux t'en sortir.

Le sourire n'avait pas quitté mon visage, un jeu qui débutait par une offre de gentille neko civilisée de ma part ? C'était bien la première fois, et je demeurais fière de cela aussi. Après tout, il était sans doute plus simple de jouer sur mon propre territoire, puis, je n'avais jamais essayé ; les risques et les expériences douteuses étaient mon doux quotidien, que je chérissais.

Je tirai encore sur ma clope, mais elle était trop usée pour me donner encore assez de fumée. Je la jetai donc au sol, et l'écrasai de ma basket, à présent légèrement tâchée de cendres. J'hésitai à en allumer une autre, mais décidai que ce serait préférable de faire ça plus tard, et de tenir cette conversation, qui prenait un tour favorable à ma personne.

Mes cheveux voletaient lentement au gré d'une brise, qui venait de se lever, je frissonnai.

-J'ai vingt-deux ans et j'm'appelle Lita, enchantée, Yuka.

Il fallait que moi aussi je pose une question, qu'en retour des informations que je lui avais données, elle m'en donne d'autres. Oh, comme j'étais ingénieuse, je venais tout juste d'instaurer une nouvelle règle. Serait-ce déloyal de ne pas lui en parler ? Mais si je ne parlais pas de la règle nouvellement existante, elle ne serait jamais respectée.

-Je te propose un petit jeu, tant qu'on y est. T'es pas obligée d'accepter, mais je te cache pas que je préférerais. Tu me poses une question, je réponds, je suis obligée de répondre, mais après ma réponse, c'est à moi de te demander quelque chose, et tu es obligée, à ton tour, de me répondre sincèrement, ça te dit ?"

Ma règle était posée, allait-elle s'y plier ? Allions-nous nous amuser ?

[HRP : Désolée pour le temps, vraiment.]

_________________
Il faut parfois prendre le risque de casser ses jouets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 25
♦ Où est tu ? ♦ : devant mon ordi!
♣ Ton Boulot ♣ : étudiante
☻ Ton Humeur ☻ : ça dépend des jours

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Jeu 24 Jan - 0:32

-J'ai vingt-deux ans et j'm'appelle Lita, enchantée, Yuka.

Vingt-deux ans... Elle avait sept ans de plus qu'elle, tout d'un coup, Yuka sentit cette Lita, comme une grande soeur, fait étrange pour elle qui était un peu asociale normalement.

"En fait Lita, merci pour ta proposition, promis je te gênerais pas longtemps!"

A vrai dire, elle était partie sans vraiment réfléchir, elle avait besoin d'un guide pour débuter, de quelqu'un qui pourrait l'aidée à déployer ses ailes. Oui, pour Yuka, Lita pouvait être cette personne.

-Je te propose un petit jeu, tant qu'on y est. T'es pas obligée d'accepter, mais je te cache pas que je préférerais. Tu me poses une question, je réponds, je suis obligée de répondre, mais après ma réponse, c'est à moi de te demander quelque chose, et tu es obligée, à ton tour, de me répondre sincèrement, ça te dit ?"

Yuka réfléchi. Un jeu, innocent de questions-réponses. Innocent? Pas sûre mais après tout, pourquoi pas.

"Ca me dit d'accord!"

Voilà elle avait répondue à une question. Puis une idée traversa sa tête, pourquoi elle voulais "jouer". Elle avait pourtant vingt-deux ans, elle avait passée l'âge normalement. Elles aller passée toutes les deux un interogatoire mutuelles, mais pour quelles raisons précisément. Enfin, elle ne pouvait pas revenir sur sa décision, elle avait choisit de dire oui.

"je me demande juste pourquoi? Quoi que tu dise, ne t'inquiète pas, je ne reviendrait pas sur ma décision!"

Elle lui fit un sourire pour se rassurer elle-même. Un duel de confiance, en quelque sorte, allait commencer.

[HRP: ce n'est pas grave, tu ne me bloque pas t'inquiète pas!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 15/03/2012
♦ Où est tu ? ♦ : Derrière toi
♣ Ton Boulot ♣ : Entretien des pistes de ski, pour le moment.
☻ Ton Humeur ☻ : Dévastée.

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Lun 18 Fév - 3:40

-Come on !-

Elle avait accepté, j'étais aux anges, ce jeu était toujours amusant et ne manquait pas de rebondissement quand les joueurs avaient la présence d'esprit de poser des questions osées, des questions qui dérangent, des questions qui appuient sur les points qui n'ont pas l'habitude d'être soulevés. La gamine avait accepté et avait déjà commencer à jouer, avec une question qui ne créait aucun bouleversement en moi, et à laquelle je me faisais déjà un plaisir de répondre de la manière la plus simple et la plus justifiée qui soit, puisque la raison du jeu n'était aucunement compliquée, simplement instinctive.

"C'est cool que tu acceptes. Je sais pas si c'est la réponse palpitante et mystérieuse que t'attends, mais tu devras t'en contenter. J'aime jouer, on ne s'amuse pas si on ne joue pas, si ? J'aime le jeu, j'aime rire et l'ennui est tout bonnement la tare de ma vie.

Réponse faite. Mon tour ! C'était mon tour, allais-je me révéler être la bonne joueuse que je prétendais être ? J'espérais bien que oui, il fallait que je me creuse la tête, que je trouve une question simple pour commencer, mais une question tout de même bien placée, qui me ferait rire ou m'informerait, au moins, par sa réponse. Je faisais des grimaces pour lui montrer que je réfléchissais et qu'elle m'en laisse ainsi le temps. Dans mon esprit s'insinuait le doux défi, incandescent et miraculeux. J'eux alors une idée, une question que toutes les petites filles se posaient entre elles, et qui servait aussi à taquiner, ou à donner lieu à des moqueries. L'amour était une question existentielle que la plupart des gens avaient à se poser, si ce n'était pas une chose naturelle en eux.

-Alors... C'est à moi ! Dis moi, tu es amoureuse ?

Pour moi, l'amour était presque une chose inconnue. Je n'étais déjà assurément jamais tombée amoureuse. Pourtant, j'avais déjà ressenti une certaine affection pour quelques personnes, mais cette affection se transformait vite, et toujours, en un jeu, en mon jeu. Je refoulais ainsi toujours mes pulsions sentimentales, et me montrait sous mon meilleur jour et mon plus beau sourire, sans jamais me livrer à quiconque. J'avais toujours mon mot à dire, mais jamais un mot sur mes maux.

J'avais déjà rêver de tomber amoureuse, d'un homme ou d'une femme, qui m'aiderait à comprendre les choses, à les envisager, à la surmonter, mais ça n'avait jamais durer très longtemps, même le sexe ne m'intéressait pas, c'était sûrement moins amusant que tous les jeux que je m'amusais à pratiquer aux quotidiens. Et puis, quand les gens sont les poupées ou les petites figurines sur un plateau coloré, il n'y a aucun risque d'être blessée par leur insouciance ou leur mauvaise humeur, leurs critiques et leurs coups.

-Oublie pas de répondre sincèrement, c'est une des règles, et on enfreint les règles dans ce jeu, ça devient tout de suite moins drôle !"

Règles posées. Premières participations de chaque camps effectuées.

_________________
Il faut parfois prendre le risque de casser ses jouets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 25
♦ Où est tu ? ♦ : devant mon ordi!
♣ Ton Boulot ♣ : étudiante
☻ Ton Humeur ☻ : ça dépend des jours

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Mar 12 Mar - 3:33

-Alors... C'est à moi ! Dis moi, tu es amoureuse ?

Yuka s'arrêta. Amoureuse? Oui, elle l'a été, l'était-elle toujours? Elle ne savait pas, elle ne savait plus. D'abord, pourquoi cette question à laquelle elle n'avait pas la réponse, Lita ne devait pas savoir à quel point cette innocente et simple question lui posait mille et uns problèmes.
Elle mit donc quelques secondes à répondre, immobile à la lueur de la Lune, un brise fraîche lui soulevait les cheveux.

"-Oublie pas de répondre sincèrement, c'est une des règles, et on enfreint les règles dans ce jeu, ça devient tout de suite moins drôle !"

Yuka regarda Lita, oui elle ne devait pas mentir, mais comment le saurait-elle? Non elle allait répondre sincèrement évidemment. Lita avait-elle eue peur que Yuka réfléchisse à comment mentir devant la lenteur de sa réponse?

"Je ne sais pas, je ne sait pas si je suis amoureuse. mais ce qui est sûre, c'est que je l'ai été."

Elle fit une pause.

"Voilà, après tout, tout le monde est amoureux un jour ou l'autre!"

Elle fit un faux sourire.

"Dis moi plutôt, As-tu déjà rencontrer des humains gentils, je veux dire, gentil avec des nekos?"

Il était vrai qu'ils étaient rares, mais si Lita avait eue des maîtres, il n'est pas impossible qu'ils ait été méchants pour qu'elle soit devenue rebelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 15/03/2012
♦ Où est tu ? ♦ : Derrière toi
♣ Ton Boulot ♣ : Entretien des pistes de ski, pour le moment.
☻ Ton Humeur ☻ : Dévastée.

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Dim 24 Mar - 4:46

Répondons sans l'ombre d'une chanson, pour une triste vérité, deux nekos seules et abandonnées, qui implorent le dieu des chats mal-aimés.

J'étais satisfaite, un coeur tendre cette petite demoiselle ? Je m'imaginai soudain en train de draguer un beau mec ou une belle nana, en faisant mille manières pour paraître mieux que je ne le suis vraiment, tordant mon corps désarticulé dans tous les sens, papillonnant, comme une stupide marionnette manipulée par un stupide marionnettiste. J'en souris, et elle dut s'imaginer que je répondais au sourire qu'elle m'adressa après sa réponse. Je lui dis sincèrement, juste parce que j'en avais envie :

"Moi, j'ai jamais été amoureuse. Et si tu veux savoir, je m'en porte pas plus mal.

Je lui fis un clin d'oeil, sa réponse lui avait sûrement rappelés quelques souvenirs douloureux, qui vont généralement de paire avec une histoire d'amour passée et bel et bien terminée, et je ne voulais pas qu'elle s'effraie et s'en aille. Tout en continuant à marcher, j'écoutai la question intéressante qu'elle me posa. D'emblée, je failli lui clamer un grand "non" de révolte, mais je me renfrognai en pensant que oui, j'avais déjà rencontré au moins une humaine qui n'avait pas été une sale chienne, qui avait été presque la meilleure amie que je n'avais en vérité jamais eu. Je ne la connaissais pas beaucoup mais pourtant, le courant était tout de suite très bien passé entre nous, à cette soirée qui resterait à jamais gravée dans ma mémoire. Elle s'appelait Ayama, et oui, elle correspondait à l'image que je me faisais d'une personne gentille, ou du moins diablement déjantée et agréable à fréquenter.

Pourtant, j'avais aussi rencontrés de ces ****** d'humains... Si mon oeil était aujourd'hui voilé d'un bandeau, je savais à qui en dédier la faute, et il ne s'agissait sûrement pas de quelqu'un de gentil.

Il me fallut donc répondre à l'affirmative, grâce à l'unique gentille humaine de cette longue histoire qu'était ma pitoyable vie.

-Oui. J'ai rencontré une fille, je crois pas qu'elle ait su que j'étais un neko, mais je suis persuadée que jamais elle aurait arraché un seul poil à l'un d'eux. C'est une autre histoire, mais disons que c'est une fille cool, j'te la présenterai si j'en ai un jour l'occasion. J'en ai aussi connu pas mal des méchants, si on généralise tout comme ça. Après, moi j'généralise en m'disant que la plupart sont des c*** finis.

C'est bien vrai, j'avais de sacrés apprioris, mais valait mieux ça que d'accorder sa confiance au premier glandu venu. On était souvent déçu en accordant sa confiance à n'importe qui.

A mon tour. Alors... Cette gamine venait d'où exactement ? Maintenant j'avais le droit de lui poser cette question, pourquoi errait-elle seule à son âge ? Par ce temps glacial, qui plus est. Cette question me trottait dans la tête, et cette question, encore portée sur ces saletés d'humains, m'en apprendrait plus sur son passé, passé sans doute aussi douloureux que le mien.

-Tu avais sans doute des maîtres avant de te retrouver seule. Etaient-ils si odieux qu'ils t'ont poussé à fuir ?"

_________________
Il faut parfois prendre le risque de casser ses jouets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 25
♦ Où est tu ? ♦ : devant mon ordi!
♣ Ton Boulot ♣ : étudiante
☻ Ton Humeur ☻ : ça dépend des jours

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Jeu 11 Avr - 3:43

Oui, elle aimait pas les humains Lita, pas du tout. sauf peut-être cette Ayame. Les humains étaient des traîtres, pour beaucoup, envers eux, les nekos, qui pourraient très bien être sur un pied d'égalité....
Lita posa ensuite sa question.


-Tu avais sans doute des maîtres avant de te retrouver seule. Etaient-ils si odieux qu'ils t'ont poussé à fuir ?"

Yuka murmura un "oui", oui elle avait eue des maîtres.

"J'en ai eue en effet mais ils n'étaient pas odieux du tout. En fait, je n'ai pas fuit. J'ai été disons, abandonné comme les chiens lors de vacances d'été. Le collier, il me l'avait enlevé, mais j'ai été capturée encre une fois et là, j'ai fuit. Je ne recherche pas de nouveaux maîtres, je n'en veut pas."

Sa dernière phrase elle l'avait prononcée de mauvaise humeur. elle aimait pas parler du passé, elle détestait le passé, elle aimait pas le futur, il faisait peur. elle n'aimait pas le présent, car il était là tout simplement. Elle s'arrêta pendant qu'une brise la fit frissonner tellement que les poils de sa queue s'étaient hérissés. Elle posa ensuite sa question:

" Que t'est-il arrivé de pire dans ton passé?"

Elle voulait en apprendre plus sur cette neko rebelle à souhait et très expérimentée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 15/03/2012
♦ Où est tu ? ♦ : Derrière toi
♣ Ton Boulot ♣ : Entretien des pistes de ski, pour le moment.
☻ Ton Humeur ☻ : Dévastée.

MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   Sam 13 Avr - 21:53

-The sun is not too far... Hearts are just little suns !-

Je haussai un sourcil, je ne pus m'en empêcher. Cette gamine avait dans la tête que ses maîtres n'étaient pas des personnes odieuses. Peut-être n'en avaient-ils pas été durant son séjour chez eux, mais n'était-ce pas la considérer comme une pauvre chaussette dépareillée que de l'abandonner sur le bord de la route ? Je ne voyais pas comment ce comportement pouvait ne pas être considérer comme odieux. Ceci-dit, elle était visiblement assez intelligente pour ne pas chercher à trouver de nouveaux tyrans. Je ne dis rien de ce que je pensais à ma compagne de malheur pour ne pas l'agacer comme elle l'avait déjà semblée en prononçant la fin de sa réponse. Alors je hochai la tête d'un air entendu...

...Jusqu'à ce que son tour arriver et qu'elle me pose cette satanée question. Des milliers d'images toutes plus désagréables les unes que les autres se mirent à affluer dans ma caboche de rebelle. J'eus envie de grogner, mais me retins, pour ne rien montrer de mon malaise à la jeune fille, pour qui je devais éviter de devenir une personne à faille. Je n'avais pas de faille, et je devais en persuader les autres autant que je m'en persuadais, avoir des failles, physiques ou mentales, c'était à tout moment pouvoir s'écrouler. Or, en tant que maître suprême de mon jeu, que je te dirigeais d'une main de fer et avec un talent flagrant, avouons-le, je ne pouvais m'écrouler. Je devais rester celle que j'étais depuis toujours, Lita, rebelle, atypique, androgyne, capricieuse, amusante et amusée, la plus grande joueuse que ce monde connaîtra. Seulement, je n'aimais pas beaucoup parler et m'étendre sur ce passé qui m'avait causé tant de souffrance, ce passé où je ne jouais pas encore, où, au final, je n'avais encore aucune raison de vivre et de persister.

Pourtant, il fallait que je lui réponde, et sincèrement. Après tout, j'avais établi les règles de ce jeu, et devais donc être la première à les respecter. Je savais mentir comme un as, et savais tricher, mais à cet instant, je ne devais pas, non, sinon, je perdrais ce jouet et retomberais dans l'ennui. Je me mettais au défi de me montrer, rien qu'à moi-même, ma force d'esprit. Je jouais pour gagner, je jouais pour me gagner.

Je dus réfléchir un long moment avant de trouver la réponse idéale, j'avais tellement eu de "pire", qui s'étaient enchaînés comme d’innombrables fléau dans mon passé. Il me fallut démêler mes souvenirs pour trouver celui qui évoquait le mieux mon passé chaotique, à ma grande surprise, ce ne fut ni la perte de mon oeil, ni mon séjour à l'animalerie et encore moins mon séjour chez ses sala*** d'humains.

"Et bien... Je n'ai pas eu un passé très marrant, je te l'avoue. Mais je crois que le pire moment de cette vie qui a été la mienne, c'est quand je les ai vu entrer dans l'animalerie. Ce couple prout-prout, stupides et niais rien qu'à leur expression, et leur garçon qui ne ressemblais à rien, pas même à une fille, quand ils sont entrés, je crois que j'ai prié pour qu'il ne s'approche pas de ma satanée cage. Mais tu vois, je définis ce moment comme le pire parce qu'ils se sont finalement approchés, et que j'ai vu des sourires de m**** se dessiner sur leurs visages affreux.

Je fis une pause, pour éviter de les insulter de toutes les injures que j'avais en moi, et dieu comme elles étaient nombreuses. Je ne voulais pas lui faire peur. Je n'avais pas de failles. Je repris avec un rictus étrange, que je savais dessiner sur mon visage :

-C'était la pire chose que je n'ai jamais vécu, malgré tout ce que j'ai pu vivre après ça.

J'étais fière de ma performance, car c'en était une, de répondre à une question pareil, et lui fis un sourire en tentant de trouver une question qui conviendrait. J'optai pour une question amusante, qui la gênerait sans doute un peu, mais qui m'apporterait, à moi, son opinion sur le maître suprême que je demeurais.

-Depuis que tu m'as rencontrée, c'est-à-dire depuis pas plus d'un quart d'heure, qu'est ce que tu penses de moi ? Depuis que tu m'as vu jusqu'à maintenant, quelles sont les opinions me concernant qui t'ont traversées l'esprit ?"

_________________
Il faut parfois prendre le risque de casser ses jouets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Implorons le Dieu des chats mal-aimés ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dionysos, dieu des vins et de divers autres plaisirs
» La nuit tous les chats sont gris [Kurasa/libre]
» (F) LUCY LAWLESS ஓ ma sorcière mal aimée (LIBRE)
» (f) Kristina Pimenova - fille bien aimée - Libre
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko's Life :: Corbeille :: Corbeille-